Paola Quilici

De la nécessité de se reconnaître sur le champs de bataille, 6 photogrammes sur papier argentique contrecollés sur dibond et certis d’acier, 13 x 17 cm, 2022.


paolaquilici.com

Paola Quilici est une poète et artiste née en 1992 à Paris. Elle étudie les beaux arts à l’ENSAPC, obtenant son DNAP en 2014 puis son DNSEP en 2016. Au sortir de l’ENSAPC, elle installe d’abord son atelier à IVECO NU à Noisy-le-Sec, pour ensuite intégrer SAS Cyberrance où elle travaille depuis 2018.

Elle développe un travail sensible au sein duquel le langage, l’idiome, est prépondérant. Bien que les matériaux et techniques qu’elle convoque soient multiples, l’écriture tient toujours une place essentielle dans son travail artistique, de manière souvent discrète si ce n’est « invisible ».

Elle confronte un regard et son objet, un geste et son outil, pour rendre compte d’un rapport au faire et au voir analogue à celui en jeu dans l’atelier – espace de juxtaposition, de doute, de manipulation, d’accident, de désordre, de compostage, de potion magique, de formule ratée ou efficiente. Tout s’y joue depuis le corps, face au support comme face à l’espace, et le reste est stratagème (stratégies de conception d’illusions et d’effets spéciaux).

░¦ Plasticienne et poète, c’est sur les terres du signe et à la croisée de ces deux domaines que nous emmène Paola Quilici.

Dans le sillage d’un travail sensible au sein duquel le langage – l’idiome – tient une place prépondérante, elle convoque ici l’aura mystérieuse et flottante des figures héraldiques. De la nécessité de se reconnaître sur le champs de bataille nous offre une série d’images-voix qui nous parlent d’au-delà des formes, visuels pour initiés aux accents surréalistes qui nous invitent à entrer dans une communication déficiente et font résonner des messages mystérieux dans l’atmosphère singulière de la chapelle.


Crédit : photos. G-Belveze | Tenderfluid #VociUmane